L'histoire

Les faux médicaments représenteraient selon différentes sources, 10 % du marché pharmaceutique dans le monde, 25 % dans les pays en développement et… jusqu’à 60 % en Guinée. Un phénomène sans précédent, mais déjà en marche, en 2005, lorsque la Fondation Pierre Fabre s’engage à soutenir la réhabilitation du Laboratoire national de contrôle de la qualité des médicaments (LNCQM) de Conakry.

Ce programme, décliné selon la même méthodologie qu’au Bénin, se fonde sur une logique de coopération entre les LNCQM d’Afrique subsaharienne afin de mieux enrayer l’essor des contrefaçons dans cette région. Il précède et annonce la prise de conscience générale sur ce problème ainsi que l’envie d’agir au niveau international, que favorisera l’appel de Cotonou en 2009.

Aux côtés du ministère de la Santé publique de la République de Guinée, la Fondation Pierre Fabre se lance ainsi dans la formation de la direction et de l’ensemble du personnel aux techniques d’analyse pharmaceutique. Avec des bénévoles des Laboratoires Pierre Fabre, spécialistes de l’assurance qualité, elle appuie également le laboratoire dans la rédaction de nouvelles procédures et met en place un système de documentation. Enfin, elle finance le matériel et les réactifs indispensables aux analyses physico-chimiques de base (dosages, identification de principes actifs…). Cette première phase est achevée.

LNCQM de Conakry
BP 900
CONAKRY
GUINEE

Partenaire

  • Ministère de la Santé publique de la République de Guinée (financement)